Le 11 Décembre 2017, le Dr Marie Castets, directeur de recherche à l’INSERM et le Dr Christophe Bergeron, oncopédiatre à l’IHOPe du centre Léon Bérard de Lyon ont organisé pour la première fois en France, un colloque de recherche fondamentale en cancérologie pédiatrique :

Comprendre pour soigner
Comme le reformule le Dr Gilles Vassal de l’IGR, Paris,
Comprendre pour MIEUX soigner

La recherche fondamentale est une recherche cognitive non appliquée faite pour comprendre. Elle doit être d’une qualité exceptionnelle et évaluée.
Au cours de la matinée, plusieurs chercheurs ont présenté l’avancée de leurs travaux. C’est bien entendu un état des lieux non exhaustif des programmes réalisés en France. Il  est à remarquer que la fin de chaque présentation se termine par une diapositive de remerciements; remerciements envers les personnes qui ont travaillé au sein des équipes de recherche et remerciements envers les financeurs académiques (fonds publics ou fonds privés) ou associatifs (associations de parents aussi bien les « big » que les petites).
A la fin de cette journée plusieurs thématiques sur la recherche fondamentale en oncologie pédiatrique apparaissent :

1 - Faciliter l’accès aux échantillons biologiques à tous les chercheurs car cela reste encore compliqué aujourd’hui.

2 - Rendre accessible plus facilement toutes les données informatiques (big data) aux équipes de chercheurs.  Il faut mettre en place des systèmes pour que les connaissances nouvelles soient mises à la disposition de TOUS les chercheurs.

3 -  Rendre l’accès au financement moins complexe pour la recherche en oncologie pédiatrique. Quand il s’agit des enfants, peut-on fluidifier, peut-on faciliter ce financement vers les équipes de recherche en pédiatrie ? C’est une thématique que les chercheurs, les associations, les politiques et les industriels pharmaceutiques présents souhaiteraient accélérer.

4 - Il faut former les jeunes à la recherche en oncopédiatrie en France et les pérenniser dans cette spécialité, ce qui n’est pas favorisé dans le système français aujourd’hui. 

5 – De nouveaux mécanismes de financement : financement thématisé, financement d’émergence : Start Up. Combien y-at-il en France de Start Up qui travaillent sur une thématique d’oncologie pédiatrique ? On ne sait pas, mais il faut qu’on sache…

6 – Il faut se positionner au niveau européen, voire international en recherche fondamentale car nous avons un certain retard en France. Nous ne sommes pas au niveau où nous devrions être.
Nous en avons les moyens sous réserve que l’on s’organise et que l’on travaille ensemble.

Les politiques présents, monsieur Touraine, député de Lyon et Madame Faure, ancienne député  de Bordeaux et Madame Brugnera, député de Lyon évoquent la possibilité de faire de la recherche fondamentale pour les enfants une cause collective voire nationale. Un groupe parlementaire travaille sur le sujet… A suivre…

Travailler ensemble, c’est aussi travailler avec les industriels pharmaceutiques car avec les nouvelles molécules, on ne peut pas avancer sans eux.

Travailler ensemble, c’est travailler avec les associations de parents qui se mobilisent au quotidien. Le financement de la recherche fondamentale ne se fera pas seulement avec le financement de l’Etat mais aussi avec la générosité des gens qui veulent faire accélérer la recherche sur les cancers pédiatriques.

Travailler ensemble, cela signifie que les chercheurs doivent travailler avec les pédiatres et que les pédiatres doivent travailler avec les industriels pharmaceutiques.

C’est grâce à ce collectif, à ce compagnonnage, que tout est possible.  Ensemble, on peut relever le défi car il ne faut pas que les enfants soient les laissés pour compte des révolutions technologiques que l’on est en train de vivre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mon rêve c'est que chaque enfant,
chaque adolescent puisse guérir
car leur désir, c'est de grandir et de sourire à l'à-venir.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Rêve de Marie Dream » est une association loi 1901 déclarée sous le numéro : W712005243 - GAROPIN Didier   11 rue des lauriers    71640 GIVRY
Création et gestion site web S&D COULON