Adresse
Téléphone

Chalon-sur-Saône | Santé

 

Nicolas Sarkozy en campagne pour les enfants malades

Ce n’est pas pour parler politique que Nicolas Sarkozy était à Chalon ce lundi. L’ex-président de la République souhaitait apporter son aide à la lutte contre les cancers pédiatriques sur lequel “Septembre en or” tâche de mettre la lumière.
 
Par Benoit MONTAGGIONI - 14 sept. 2020
 
Lorsqu’il faisait de la politique, qu’il était président de la République, Nicolas Sarkozy parlait. Beaucoup. Mais ce lundi à Chalon-sur-Saône l’ancien chef de l’État est d’abord venu écouter, compatir et tenter d’apporter son aide. Face aux parents de Marie, emportée à l’âge de 16 ans par un lymphome, Nicolas Sarkozy s’est tu. Le monstre politique, redevenu père de famille, a écouté avec émotion le témoignage des Givrotins Sylvie et Didier Garopin, fondateurs de l’association Le rêve de Marie Dream. L’histoire d’une enfant pleine de vie qui rencontre le cancer à 15 ans et qui terminera ses jours en réanimation pédiatrique. « Je pense que les gens qu’on aime ne meurent jamais. En partant, Marie vous a donné de la vie », a tenté de philosopher l’ancien chef de l’État.
« Je n’aime pas qu’on  m’engueule »
 
Le sujet du cancer pédiatrique, Nicolas Sakozy ne le découvrait pas : « J’ai reçu un jour une lettre du papa du petit Noé qui m’engueulait. Qui me disait “Vous êtes un politique comme les autres, vous ne ferez rien”. Moi, je n’aime pas qu’on m’engueule, alors je lui ai dit “Venez me voir”. » Le politique a ainsi accompagné le petit garçon jusqu’au terme de sa maladie, l’année de ses 12 ans. « Noé, je l’ai vu dans tous les états : avec des cheveux, chauve, détruit, blanc. On savait qu’il allait partir. Ses chances de survie étaient de 0 %. Un cancer chez un enfant, c’est une injustice terrible. Alors c’est pour ça que je me suis engagé. Pour essayer de récolter de l’argent pour faire progresser la recherche. » Nicolas Sarkozy notait d’ailleurs avec fierté : « Après mon passage dans l’émission Quotidien , on a récolté 100 000 € pour les enfants en moins de 24 heures.  »
Face aux soignants et  aux  chercheurs
En ce mois de “Septembre en or” dédié au combat contre les cancers pédiatriques, l’ancien Président est donc venu dire qu’il fallait une recherche spécifique pour développement des traitements adaptés aux enfants. Des mots que ne pouvaient qu’approuver les professionnels du service pédiatrique de Chalon-sur-Saône rencontrés en fin de matinée. À l’hôtel de ville, l’ex-chef de l’État a pu échanger avec des chercheurs du Centre de recherche en cancérologie de Lyon. « On sait par exemple que l’immunothérapie ne marche pas avec les enfants qui ont un système immunitaire immature », a confirmé Marie Castets. Pour la chercheuse, il est indispensable, pour avancer, de médiatiser ces cancers dont on ose si peut parler : « Pour les maladies génétiques, l’AFM et le Téléthon, on réussit à faire tomber le tabou. » « S’entendre dire que les cancers pédiatriques sont trop rares et que ça n’est pas rentable pour la recherche, c’est extrêmement violent pour des parents », déplorait Sylvie Garopin. La maman de Marie, encouragée par l’invité exceptionnel, ne compte donc pas cesser la lutte : « On sait très bien que ce qu’on apporte en argent à la recherche, c’est une goutte d’eau, mais on le fait pour Marie et tous les enfants. » Bientôt, son époux et le frère de Marie monteront sur leur vélo pour un voyage entre Givry et Madrid. 1 600 kilomètres pour continuer de sensibiliser. De quoi forcer l’admiration du cycliste qu’est aussi Nicolas Sarkozy.
Un cancer chez un enfant, c’est une  injustice terrible. Alors c’est pour ça  que je me suis engagé. Pour essayer de récolter de l’argent pour faire progresser la recherche.
 
Nicolas Sarkozy, ancien président de la République
 
 
 
Questions à - « Pour nous, c’est  un honneur »
 

      Un ancien chef de l’État est venu ce lundi à Chalon-sur-Saône soutenir votre combat contre les cancers pédiatriques. Que           représente pour vous la présence de Nicolas Sarkozy aux côtés du Rêve de Marie Dream ?

« Pour nous, ça représente une véritable légitimité. On sait que Monsieur Sarkozy est impliqué très sincèrement dans la cause de la lutte contre le cancer pédiatrique. Pour nous, c’est donc un honneur de le rencontrer, ça permet d’avoir un échange humain avec une personne qui a exercé de grandes responsabilités. »
Pour que la cause avance, il est nécessaire de marteler au grand public qu’un cancer chez un enfant, ce n’est pas la même chose qu’un cancer chez un adulte ?
« Bien sûr. L’enfant n’est pas un adulte miniature. Il faut donc absolument de l’argent pour la recherche fondamentale. Il faut comprendre pour mieux guérir. Et pour comprendre, il faut de l’argent pour la recherche qui doit permettre de trouver enfin des médicaments adaptés à l’enfant. »
Quel message avez-vous demandé à Nicolas Sarkozy de relayer en votre nom ?
« Pour nous, le message fondamental est que ce combat ne doit pas un être un combat individuel, un combat chacun dans son coin. C’est ensemble qu’on va pouvoir y arriver. Ce n’est pas un combat parisien ou lyonnais. Il doit être mené au niveau de la nation et au niveau de l’Europe. Il faut partager les travaux pour arriver plus vite à guérir ces enfants qui en ont tant besoin. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mon rêve c'est que chaque enfant,
chaque adolescent puisse guérir car leur désir, c'est de grandir et de sourire à l'à-venir.
Le Rêve de Marie Dream est une association loi 1901 déclarée sous le numéro : W712005243 - GAROPIN Didier, 11 rue des lauriers, 71640 GIVRY
Quomodo est heureux de soutenir le Rêve de Marie Dream.